Le Grand Voyage du compost.

Retour À l'accueil.

Du bac brun à la bonbonne de votre cuisinière.

Chaque semaine, vous sortez dehors et déposez votre bac brun au bord de la rue. Le lendemain matin, vous apercevez le camion qui emporte votre précieux butin vers ce qui semble être le pays imaginaire des restes de table. Le contenu de votre bac brun semble à première vue bien anodin : vos résidus organiques de la semaine entament pourtant un périple beaucoup plus enrichissant que vous ne le pensez.

La matière organique récoltée dans la Vallée-du-Richelieu effectue le premier arrêt de son voyage à Varennes. Située à 1 km de la zone résidentielle, l’usine de biométhanisation transformera votre diamant brut en joyau au potentiel formidable.

Les résidus sont tout d’abord déposés dans l’aire de réception fermée de l’usine qui permet un contrôle efficace des odeurs. À ce stade, le contenu de votre bac brun est toujours le même : il entame cependant son processus de mutation telle une chenille devenant papillon.

Ensuite, la matière est transférée vers les biodigesteurs qui, à l’aide d’une culture microbiologique spécifique, digèrent littéralement durant 20 jours vos résidus organiques. Le processus métabolique permet d’extraire deux produits de natures différentes mais de qualité et d’utilité égales. Imaginez simplement un immense estomac digérant le contenu des bacs bruns de milliers de citoyens. Impressionnant non ?

Le premier extrant est le biogaz, un combustible et carburant entièrement naturel. Composé de gaz carbonique et de méthane, ce gaz brut n’est toutefois pas prêt à être utilisé. Il doit être traité de manière à devenir du biométhane offrant des propriétés et possibilités très similaires au gaz naturel. Contrairement à celui-ci, le biométhane est une ressource 100% renouvelable : il provient de vos déchets de table !

Ce gaz peut-être vendu directement à des entreprises nécessitant du combustible pour faire fonctionner leur machinerie ou chauffer leurs bâtiments. Il peut également être acheté par des compagnies telle Energir qui vont l’injecter dans leur réseau gazier pour éventuellement le distribuer dans votre maison. Ainsi, le contenu de votre bac brun revient à vous sous une forme que vous ne soupçonniez probablement pas.  La boucle est bouclée.

Le deuxième extrant est le digestat. Ce résidu provenant du processus de biométhanisation devient un engrais de qualité supérieure pour les agriculteurs de votre région. Les terres agricoles bénéficient grandement de ce fertilisant exempt de tout produit chimique. Qui sait, les légumes achetés au fermier du coin ont peut-être été enrichis du contenu de votre organibac. Encore une fois, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme (et presque TOUT se revalorise).

Ces articles ne périront jamais.